Nous écrire Lettre d'informations Flux RSS

Les conférences gesticulées 2017/2018

Média politique autant qu’acte subversif, la conférence gesticulée transgresse la légitimité (toujours mise en ballottage) à parler en public en proposant une Agora à ceux qui souhaitent analyser, déconstruire un système, donnant à réinterroger les mécanismes d’une domination dans un domaine donné – le plus souvent professionnel. Au rythme d’environ une Conf par mois en alternance dans deux lieux différents, l’UPB propose sa collection gesticulée « Automne 2017 » : tendance à contre-courant d’un prêt-à-penser imposant/imposé et vitrifié. Avant que la société ne taille un costard toujours plus court sur un podium toujours plus étriqué figeant nos possibilités de nous mouvoir, viens donc te remonter la bretelle politique, froisser le collet monté du "comment bien agir" social, refaire ton ourlet par le revers, détendre le maillage des diktats de la mode. Possibilité de laisser le costume-coutume au vestiaire : on vous attend comme vous êtes.

Événement Le mercredi 4 octobre 2017

Expérience esthétique VS an-esthésie générale / Conférence gesticulée

Une conférence de Cynthia Brésolin

Entre expérience et puissance de l’art d’un côté et anesthésie sociétale l’autre, cette conférence trace le parcours d’une jeune docteure en esthétique - ou philosophie de l’art.

Entre détournement, répression, récupération, enrayement du pouvoir subversif politique de l’expérience esthétique et neutralisation de l’art, on y parle de différentes formes de censures dont la société de contrôle est un modèle de conditionnement. On y raconte l’histoire donc d’anesthésie identitaire et singulière, de celle des sens, à coup de lissage universitaire, du comment bien penser, de la critique du « bon » goût, d’institutions aux sièges éjectables, d’insensibilisation chimique pour mieux entrer dans le moule.

Là où, l’expérience esthétique individuelle et subjective est sauvage et empirique, peut être sournoise et insidieuse, impétueuse et dérangeante, s’insérer partout ou n’importe comment, bousculer les codes,créer de l’inconnu.

Et que se passe-t-il lorsque cette expérience advient par « accident » ? Hors de ce contrôle social ?
Et si l’expérience esthétique était une arme figure de liberté, de réveil, de réappropriation ?
inca-sable, comme un super marteau symbolique qui fêlerait les remparts des classes sociales, et interculturelles ?
Et si comme dirait Deleuze « l’art sert à libérer la vie que l’homme a lui-même emprisonnée » ?

Plus d’infos http://cynthibrez.wixsite.com/cynthiabresolin/blank-jadwg

Dans le cadre du festival Comme un Grondement : grondement.fr

Le mercredi 4 octobre 2017 de 20:00 à 22:00
La Tencha

22 quai de la Monnaie

Événement Le dimanche 26 novembre 2017

Jusqu’où les ruraux se soumettront-ils aux urbanistes ?

Les paysan-ne-s nous ont laissé des traces de leurs luttes en façonnant le paysage.
Cette conférence gesticulée est une balade « assise » au cœur d’un Bocage passant tantôt d’un côté de la haie et tantôt de l’autre afin de comprendre ces Mondes. Puis en boulitant au détour d’un chemin et en rencontrant un paysan-ne au détour d’un village, nous partirons à la découverte des relations qu’ils-elles ont tissées avec les arbres.
A travers cette balade, notre Histoire commune de la Forêt et du Bocage permettra d’analyser comment nous sommes arrivés à voir l’arbre comme un problème et plus comme un pilier de notre civilisation. « Un peuple qui ne connait pas son Histoire, son passé, sa culture ressemble à un arbre sans racine » Marcus Garvey

Durée : 2 heures
Publics : Tout public

A propos de Kévin :
Travaillant dans une association ayant pour but d’étudier, de créer, de restaurer et de concourir à la pérennité des composantes du paysage de Bocage, puis en tant que moniteur en Maison Familiale Rurale, j’ai rencontré de nombreux paysans qui m’ont transmis leurs savoirs, le vivre ensemble, leur Pays, Paysage… Au cours de cette période, j’ai continué mon émancipation face aux rapports de domination en posant de plus en plus d’actes, en écrivant et en commençant à prendre la parole en public.
Cette conférence gesticulée est aussi une balade autour de mon parcours et de mes relations avec les Arbres. Ils sont mes curseurs dans les rapports de dominations et le symbole du rapport de force de la lutte des classes. En d’autres mots, comment j’ai dis NON à la religion, NON à l’uniforme, NON à l’emploi, NON au patriarcat… pour dire OUI à l’Humain et aux Arbres, piliers de notre écosystème.

Le dimanche 26 novembre 2017 de 16:00 à 20:00
L'Athénée Libertaire (à confirmer)

7 rue du Muguet 33000 Bordeaux

Université Populaire de Bordeaux - 24 rue du 14 juillet 33400 Talence

© 2017 Université Populaire de Bordeaux | Plan du site | Mentions légales